Négociations fédérales: les libéraux veulent la relance avant la réforme de l’Etat

Georges-Louis Bouchez, le président du MR, cadre d’emblée
: «
Pour nous les libéraux, aujourd’hui, la priorité, outre évidemment la gestion sanitaire et de la pandémie, c’est le socio-économique.
»
Georges-Louis Bouchez, le président du MR, cadre d’emblée : « Pour nous les libéraux, aujourd’hui, la priorité, outre évidemment la gestion sanitaire et de la pandémie, c’est le socio-économique. » - Pierre-Yves Thienpont.

Georges-Louis Bouchez nous reçoit au 9e étage du siège du MR. Il tend fièrement les manches de sa veste, histoire de montrer ses boutons de manchette à l’effigie de la Belgique. Et ce n’est pas un hasard. Les préformateurs, Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) tentent de former une coalition avec les libéraux flamands et francophones, voire, idéalement, avec un des deux partis seulement.

Mais aujourd’hui, le président du MR s’exprime dans Le Soir et Egbert Lachaert, président de l’Open VLD, dans de Tijd. Le message est clair : les libéraux restent unis (ils vont fusionner leurs équipes de négociateurs) et, boutons de manchette obligent, la priorité est moins la réforme de l’Etat que des mesures socio-économiques. Les présidents libéraux ont expédié jeudi soir leur note commune aux autres partis pressentis pour former la coalition. Il y est effectivement grandement question de relance.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct