Les dessous du patrimoine: entre cathédrales fragiles et ruines romantiques, les lieux sacrés se cherchent une nouvelle vocation

L’abbaye de Villers, mélange romantique de pierres brinquebalantes et de nature, d’histoire et de témoignage du passé.
L’abbaye de Villers, mélange romantique de pierres brinquebalantes et de nature, d’histoire et de témoignage du passé. - Pierre-Yves Thienpont.

Ces cinq clochers qui tutoient les nuages et les étoiles se voient de toute la plaine de l’Escaut. Ils ont tous leur petit nom : il y a la tour-lanterne, élément central qui veille sur les quatre autres, la tour Brunin, la tour Saint-Jean, la tour Marie et la tour de la treille. Cinq clochers, quatre sans cloches, avait-on coutume de dire à Tournai. « Ce n’est plus vraiment vrai », explique Bernard Pannier, président de la fabrique d’église cathédrale. « Désormais, c’est cinq clochers, trois sans cloches puisque la tour Saint-Jean accueille une cloche depuis peu ». Peu importe, les proverbes peuvent changer, la cathédrale Notre-Dame est toujours là, près de 850 ans après sa consécration, en 1171.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct