Etats-Unis: à Portland, la dérive autoritaire de Donald Trump

L’annonce du retrait des forces fédérales a fait retomber la tension à Portland. Mais les manifestants restent prêts à se mobiliser...
L’annonce du retrait des forces fédérales a fait retomber la tension à Portland. Mais les manifestants restent prêts à se mobiliser... - AFP

Au 64e jour, les rues de Portland ne désemplissent pas de manifestants estampillés Black Lives Matter, toujours remontés contre les brutalités policières et le laxisme de la justice à l’encontre des agents de police coupables d’homicides impunis. Mais les troubles à l’ordre public, causés par de petits groupes de casseurs, ont désormais fait basculer la capitale économique de l’Oregon dans une crise constitutionnelle inédite. Soucieux de soigner son image de dirigeant chérissant la loi et l’ordre, Donald Trump a dépêché début juillet à Portland plus d’une centaine d’agents de la police fédérale, afin de protéger les abords du tribunal fédéral devant lequel se réunissaient chaque nuit les manifestants anti-racistes et qui a subi des déprédations (vitres brisées, murs maculés).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct