Au Liban, pas de mouton pour l’Aïd

Avant la crise, Mohammad Al Jammal vendait le kilo de mouton 4 euros, aujourd’hui il est a 20 euros.
Avant la crise, Mohammad Al Jammal vendait le kilo de mouton 4 euros, aujourd’hui il est a 20 euros. - Chloe Domat

Dans une petite allée de Saida, la plus grande ville du sud Liban, quelques carcasses de mouton pendent en vitrine d’une boucherie. Nous sommes en plein weekend de l’Aïd pourtant, la boutique est vide.

« J’ai perdu 70 % de mes clients, la viande est devenue un luxe même le jour de l’Aïd » explique Mohammad Al Jamal, le propriétaire. La viande, que les commerçants doivent acheter en dollars américains car le Liban n’en produit presque pas, est l’un des produits les plus touchés par la hausse des prix. Avant la crise, Mohammad Al Jammal vendait le kilo de mouton 4 euros, aujourd’hui il est a 20 euros.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct