Comment la progression des épidémies a été enrayée au fil de l'histoire

«
Il y a deux outils disponibles pour s’en sortir
: les systèmes de traçage, afin d’isoler très vite les personnes qui sont malades et éviter une propagation du virus
; et un vaccin ou un médicament
», estime prudemment Jean Ruelle, virologue et chercheur au pôle de microbiologie médicale UCLouvain.
« Il y a deux outils disponibles pour s’en sortir : les systèmes de traçage, afin d’isoler très vite les personnes qui sont malades et éviter une propagation du virus ; et un vaccin ou un médicament », estime prudemment Jean Ruelle, virologue et chercheur au pôle de microbiologie médicale UCLouvain. - Photo News.

A ce moment, la vaccination me faisait peur, on aurait dit que la piqûre faisait mal (…) Maintenant, quand je rencontre des parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants, je leur raconte mon histoire. » C’est donc parce qu’il avait une peur irraisonnée des aiguilles et des seringues, comme il l’a plus tard expliqué dans une interview au Boston Globe, qu’Ali Maow Maalin, alors âgé de 23 ans et cuistot dans un hôpital du sud de la Somalie, contracta la variole en 1977. Il est le dernier cas recensé de cette petite vérole qui au fil des siècles et des épidémies, a fauché des dizaines de millions de vies, dont celle de Louis XV dans une des chambres du château de Versailles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct