Négociations fédérales: le MR pointé du doigt, Ecolo invité à la table

Le MR et son président Bouchez sont ciblés, mais personne ne nous parle d’exclusive à leur égard à ce stade. © Pierre-Yves Thienpont
Le MR et son président Bouchez sont ciblés, mais personne ne nous parle d’exclusive à leur égard à ce stade. © Pierre-Yves Thienpont

Oserait-on encore l’écrire, quatorze mois après les élections ? Les négociations en vue de la formation d’un gouvernement fédéral devraient connaître une énième semaine cruciale. Les préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) doivent faire rapport au Roi ce samedi 8 août. Et donc tenter d’associer d’ici là, pour obtenir une majorité, au moins un autre partenaire aux cinq partis prêts à négocier que sont le PS, la N-VA, le CD&V, le SP.A et le CDH, qui ne disposent que de 70 sièges sur 150 à la Chambre. Dès vendredi toutefois, le président de la N-VA cadrait cet élargissement potentiel, en lançant : «Personne n’est encore partisan du MR au gouvernement.» Autrement dit : le seul parti francophone s’étant allié jusqu’ici à la N-VA est exclu par le même parti nationaliste. Mais les autres partis sont-ils vraiment sur la même longueur d’ondes ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct