La pénurie des métiers infirmiers s’aggrave

Les images et les témoignages émanant du personnel hospitalier pendant la crise du Covid et traduisant l’immensité de la tâche, sinon la détresse qu’elle génère, pourraient en dissuader plus d’un de s’engager dans ce métier qui tient aussi de la vocation.
Les images et les témoignages émanant du personnel hospitalier pendant la crise du Covid et traduisant l’immensité de la tâche, sinon la détresse qu’elle génère, pourraient en dissuader plus d’un de s’engager dans ce métier qui tient aussi de la vocation. - Pierre-Yves Thienpont.

Depuis de longues années, les hôpitaux peinent à recruter médecins et infirmières. Pour pallier ce manque, ils se sont tournés vers l’étranger, engageant principalement un personnel formé en Europe de l’Est (essentiellement la Roumanie) mais aussi en Afrique.

Les derniers chiffres relatifs aux inscriptions et à la remise de diplômes au terme des études d’infirmières ne laissent planer aucun doute : la pénurie connaît au mieux un statu quo pour l’instant, au pire elle s’aggrave.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct