Philippe Delerm: «Un été sans Tour de France nous rend mélancoliques»

«
Tous ces événements constituent une mythologie de l’été et chacune de leurs absences est une petite mort qu’il nous faut accepter.
»
« Tous ces événements constituent une mythologie de l’été et chacune de leurs absences est une petite mort qu’il nous faut accepter. » - Hermance Triay.

Entretien

On connaît plutôt Philippe Delerm pour ses écrits, comme La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (Gallimard, 1997), qui connut un immense succès. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est aussi amateur de sport ; pendant les Jeux olympiques d’Athènes, en 2004, il a écrit chaque jour un billet sur une discipline d’athlétisme pour le journal L’Équipe. Et en août 2008, il a été invité par France Télévisions à commenter les épreuves d’athlétisme aux Jeux de Pékin.

Les rendez-vous sportifs de l’été ont été annulés ou reportés en raison de la crise sanitaire. Ces événements sont-ils, pour les Français, indissociables des vacances ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct