Rue Ransfort, les promeneurs qui ont le temps ne manqueront pas de marquer un arrêt à la Fonderie, qui abrite le Musée bruxellois de l’industrie et du travail.
Rue Ransfort, les promeneurs qui ont le temps ne manqueront pas de marquer un arrêt à la Fonderie, qui abrite le Musée bruxellois de l’industrie et du travail. - Mathieu GOLINVAUX.

Les balades d’été du «Soir»: à Molenbeek, village global en bord de canal

Sans préjugés ni recherche déplacée d’un exotisme fantasmé, mais avec un regard neuf et ouvert à la surprise. C’est dans cet état d’esprit que nous vous proposons de découvrir le cœur historique de Molenbeek. Situé en bordure du fameux canal qui le sépare de l’hypercentre bruxellois – si loin et si proche –, le bas de la commune, populaire, densément peuplé et fortement influencé par l’immigration marocaine, repose sur un riche passé industriel et sur une multiculturalité qui en fait un carrefour de rencontres et d’expérimentations à part dans le paysage de la capitale. Un coin de Bruxelles où se dessinent les grands enjeux de la ville de demain, entre innovation sociale et risque de gentrification.

Foyer d’histoires

Pour nous accompagner dans les méandres du « Vieux Molenbeek », il y a la voix de l’acteur bruxellois Ben Hamidou. Cet enfant du quartier a enregistré, en collaboration avec l’ASBL Le Foyer, une trame sonore dynamique et riche en informations qui nous guidera au gré du parcours entre les témoignages de locaux, remémorant la petite et la grande histoire de leur commune. Une précieuse boussole pour aborder le coin.

C’est d’ailleurs au Foyer que commence notre périple. L’association, qui a vu grandir plusieurs générations de Molenbeekois, joue depuis plus d’un demi-siècle un rôle structurant dans l’accueil des populations immigrées dans la commune, où se sont successivement implantés au fil des décennies Européens du Sud, Marocains et, plus récemment, Européens de l’Est et Africains subsahariens. Un véritable grenier à souvenirs qui, pour la petite histoire, hébergeait autrefois un petit zoo dont la star n’était autre qu’un lion de chair et d’os. Véridique.

Le parvis Saint-Jean-Baptiste et son église.

Les premières rues que l’on traverse nous plongent dans une ambiance de petite cité industrielle. Des rues étroites et pavées, où l’herbe reprend parfois ses droits au travers du béton et de la pierre. En tournicotant autour du parvis Saint-Jean-Baptiste, on finit par se retrouver sous l’ombre de l’église qui porte le même nom. Une église moderne et dont les courbes ne sont pas sans rappeler celles d’un minaret, comme s’en amuse notre narrateur du jour. L’occasion d’évoquer le passé médiéval de Molenbeek, qui fut autrefois un lieu de pèlerinage où l’on se rendait en espérant guérir de l’épilepsie. Une tradition que Bruegel l’Ancien a d’ailleurs croquée dans son tableau « Les Danseurs de la Saint-Jean ».

L’âge du bronze

La rue Fin offre des contrastes qui illustrent bien l’évolution récente du quartier, rappelant les intérêts de la promotion immobilière dans le quartier.

Peu après avoir dépassé la place communale où s’installe chaque jeudi un imposant marché, véritable ventre de la commune, la rue Fin offre des contrastes qui illustrent bien l’évolution récente du quartier. En face des jolies façades multicolores du projet de logements collectifs et sociaux « L’Espoir » – codéveloppé par des familles modestes du quartier –, un imposant cube de logements modernes et cossus en apparence vient de prendre place, rappelant les intérêts de la promotion immobilière dans le quartier. Prisée des artistes, des étudiants, des start-up, Molenbeek change, surtout en front de canal.

Rue Ransfort, les promeneurs qui ont le temps ne manqueront pas de marquer un arrêt à la Fonderie, qui abrite le Musée bruxellois de l’industrie et du travail. Un lieu ouvert afin de ne pas laisser s’éteindre le souvenir de l’activité industrielle et de la vie ouvrière autrefois bouillonnantes dans le quartier, surnommé alors le « petit Manchester » de Bruxelles. L’institution occupe le site de l’ancienne Compagnie des bronzes, une société qui exportait à l’époque ses réalisations dans le monde entier. Elle est notamment à l’origine des remarquables portes du zoo du Bronx et de la statue équestre de Léopold II située place du Trône, qui fait tant débat à l’heure actuelle.

Les anciennes brasseries Belle-Vue, transformées il y a quelques années en hôtel et en musée d’art contemporain, le Mima.

Ce patrimoine industriel continue d’ailleurs de nous suivre à mesure que l’on repique vers notre point de départ en longeant le canal. Les anciennes brasseries Belle-Vue, transformées il y a quelques années en hôtel et en musée d’art contemporain (le Mima), ainsi que les grues et portiques du quai du Hainaut, qui servaient autrefois à décharger les bateaux en plein cœur de la ville, en sont deux autres exemples bien visibles. Un espace entre deux mondes – encastré entre le très couru quartier Dansaert côté bruxellois et les petites rues ouvrières côté « Molem » – que l’on quitte en regagnant le cœur du quartier, avant de prendre congé de la voix chaude de Ben Hamidou, sur un dernier « Salam ».

En pratique

Le fichier mp3 de la visite guidée sonore et le plan du parcours sont disponibles gratuitement sur le site web du Foyer à cette adresse : www.foyer.be/audiotour-door-molenbeek. Pour les personnes qui en auraient besoin, l’ASBL Le Foyer met également des lecteurs mp3 à disposition, en échange d’une carte d’identité en guise de caution.

Attention aux horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9 h à 16 h et le samedi de 14 h à 18 h. Pour s’y rendre, le plus simple est d’emprunter les métros 2-6 jusque Ribaucourt, ou 1-5 jusque Comte de Flandre.

Pour le reste, sachez que la visite guidée fait un peu moins d’une heure et demie, en suivant le rythme de la lecture et en marchant relativement lentement. Rien n’empêche toutefois de marquer une pause sur le parcours, par exemple pour visiter le site de La Fonderie et son musée.

Le parcours

1

Le parvis Saint-Jean-Baptiste

On est ici au cœur du « village » du Vieux Molenbeek-Saint-Jean. Sur cette place de passage, au pied de l’église Saint-Jean, c’est toute la commune qui se rencontre entre les salons de thé, les jours de marché animés et les matchs de cricket qu’y disputent régulièrement des jeunes d’origine pakistanaise (un club a d’ailleurs récemment été mis sur pied par l’entremise du Foyer).

2

La Fonderie et le Musée bruxellois des industries et du travail

Fondée par feu Guido Vanderhulst, haut personnage de la vie associative locale, la Fonderie a pour mission de valoriser et protéger le patrimoine industriel de Bruxelles. Installé en plein cœur du Molenbeek populaire, le site offre avec ses jardins un écrin de verdure bienvenu dans l’univers très minéral qu’est le centre historique de la commune.

Plus d’informations sur https ://www.lafonderie.be/

3

Le bord du canal

Avec ses petits moulins à vent caractéristiques – évoquant un nom renvoyant aux origines rurales de la commune, soit le « ruisseau du moulin » – les rives du canal côté Vieux Molenbeek sont la vitrine de l’évolution récente de la commune. Le Mima (musée d’art contemporain) et les locaux de la start-up Cowboy, en passant par des studios d’artistes, sont là pour en témoigner.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Club du Soir

    0 Commentaire