En prélude à la réforme de l’Etat: cinq ministres fédéraux sous influence des Régions et Communautés

Bart De Wever et Paul Magnette se projettent au-delà de 2023-2024, visant une législature constituante. © Photo News / Christophe Licoppe
Bart De Wever et Paul Magnette se projettent au-delà de 2023-2024, visant une législature constituante. © Photo News / Christophe Licoppe

On demande à voir, mais les témoignages convergent : la note de travail des préformateurs royaux dessine une réforme de l’Etat en bonne et due forme, qui est l’objet d’un chapitre à part entière, parmi les six qui la composent. En réalité, Paul Magnette et Bart De Wever se projettent au-delà de 2023-2024, visant une législature constituante, où l’on pourrait alors œuvrer à coups de lois spéciales mais aussi en révisant la Constitution, ce qui donnerait corps aux changements institutionnels dont il est question aujourd’hui en termes vagues encore.

En attendant, Bart De Wever – demandeur au nom de la N-VA – et Paul Magnette – preneur du pré-compromis pour le compte du PS – ont pointé une série de domaines dans lesquels les futurs présumés ministres fédéraux compétents (si leur mission royale va au bout et un gouvernement voit le jour) devront veiller à opérer en étroite collaboration avec les autorités politiques des Régions ou des Communautés, selon les matières.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct