Philippe Gilbert: «Si je m’appelais Wout Van Aert, ce serait plus facile»

Philippe Gilbert: «Si je m’appelais Wout Van Aert, ce serait plus facile»

«  Me voilà donc au départ d’un événement qui manque à mon palmarès et tout le monde me le rappelle, rassurez-vous, partout et tout le temps. L’autre jour, à l’entraînement, je suis tombé sur les coureurs d’Ineos et l’un d’entre eux, Salvatore Puccio, m’a dit : « Et alors, Phil, tu as rendez-vous avec l’histoire ? » C’est un peu comme le mec qui porte un plâtre au bras et à qui on demande : « Et alors, tu t’es cassé le bras ? »

Mais est-ce vraiment important tout cela après les mois que nous venons de vivre ? Et sans connaître le sort qui nous sera réservé ensuite ? Depuis mon retour de Paris-Nice, j’ai vécu, comme vous, une période particulière, même si en Belgique, on pouvait encore sortir, ce qui n’était pas le cas à Monaco. Tout le monde a dû s’adapter à cette nouvelle façon de vivre. Il a fallu se refaire en tant qu’humain bien avant de parler de sport. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct