La solitude du patrimoine antique grec

Les visiteurs sont absents mais les travaux de rénovation sont, eux, toujours d’actualité.
Les visiteurs sont absents mais les travaux de rénovation sont, eux, toujours d’actualité. - Reuters.

Les cariatides de l’Acropole, l’aurige de Delphes ou encore l’Hermès de Praxitèle à Olympie doivent se sentir bien seuls actuellement. En Grèce, « le nombre de visiteurs des musées et des sites archéologiques est bien moindre que l’an passé », reconnaît une source au ministère de la culture. « Nous n’enregistrons que 10 à 15 % du nombre d’entrées habituelles », déplore-t-on du côté des musées grecs. A Delphes, « le 7 août, nous avons reçu 600 visiteurs, contre plus de 2.000 par jour, en moyenne, l’an dernier », explique Anastasia Psalti, la directrice de ce site… Du côté du personnel des musées et des sites, le sentiment de solitude est aussi de mise. En cause : le coronavirus et la baisse du tourisme qu’il a engendrée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct