Le Covid-19 a fait bouger l’Union

La présidente de la Commission europénne Ursula Von Der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel le 21 juillet 2020 au sortir d’un sommet européen qualifié d’historique.
La présidente de la Commission europénne Ursula Von Der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel le 21 juillet 2020 au sortir d’un sommet européen qualifié d’historique. - EPA.

Le 21 juillet, aux petites heures, les 27 s’entendent, après quatre jours de négociation, sur un plan de relance de 750 milliards d’euros, financé par l’endettement de la Commission européenne. Six mois plus tôt, personne n’aurait parié un euro sur une telle éventualité.

Vers la fin du mois de février, les Etats membres ne sont même pas capables de fixer le cadre financier pluriannuel de l’Union – comprenez : le budget européen pour les années 2021 à 2027 – d’une ampleur bien moindre, à peine 160 milliards par an.

Rien ne presse, semble-t-il. On suppose alors que la pandémie épargnera largement l’Europe ; et que ses conséquences socio-économiques ne seront significatives qu’en Chine – et limitées sur le commerce international, essentiellement sous l’effet de la perturbation des chaînes d’approvisionnement.

1

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct