Face au choc des titans, l’UE cherche sa voie «entre valeurs et intérêts»

Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE.
Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE. - AFP

Acteurs comme observateurs de la scène politique internationale en sont convaincus : le coronavirus agira davantage comme un accélérateur de tendances que comme un « game changer ». « Le risque est que le Covid-19 aggrave les tendances préexistantes », « dans un monde de tensions géopolitiques croissantes, en particulier entre les États-Unis et la Chine », analysait, dès mars, le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell. « Ma crainte, c’est que le monde d’après ressemble furieusement au monde d’avant, mais en pire », tranchait, un mois plus tard, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct