Théâtres: l’existence de certaines scènes est menacée, dont Martinrou

Bernard Tirtiaux et Pascale Heers, les fondateurs de la Ferme de Martinrou, ici en 2011 à l’occasion des trente ans d’existence du théâtre.
Bernard Tirtiaux et Pascale Heers, les fondateurs de la Ferme de Martinrou, ici en 2011 à l’occasion des trente ans d’existence du théâtre. - TTLAGENCY.

Pour les structures peu subsidiées, très dépendantes de leur billetterie, la crise actuelle est existentielle. A Ixelles, c’est le cas du Théâtre de la Toison d’Or (subsides : 217.000 euros/an) : « Il faut nous aider », dit sans ambages Albert Maizel. « On comprend bien que beaucoup de gens ont besoin d’être aidés, mais ceux qui aiment le TTO et la comédie comme on la fait doivent garder dans leur esprit une petite place pour nous : ils peuvent nous aider en prenant un abonnement. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct