Horeca bruxellois: la catastrophe se poursuit

Mêmes les terrasses de la Grand-Place sont boudées par les visiteurs.
Mêmes les terrasses de la Grand-Place sont boudées par les visiteurs. - Reuters.

Au mois de juin, les restaurants, brasseries et autres cafés bruxellois ont parfois entrevu une éclaircie après deux mois et demi de confinement douloureux. « Certains établissements ont bien fonctionné », explique Fabian Hermans, trésorier de la Fédération horeca Bruxelles. « Principalement ceux qui possédaient de belles terrasses ou ceux qui, parce qu’ils respectaient scrupuleusement les règles sanitaires, ont pu compter sur une clientèle fidèle, qui a pris du plaisir à retrouver ses habitudes. Mais, depuis lors, c’est compliqué. Je dirais même que l’horeca bruxellois est de nouveau engagé dans une descente aux enfers. »

Le tourisme d’affaires en berne

Selon Fabian Hermans, le secteur s’attendait à ne pas connaître un été qui panse toutes ses blessures. Traditionnellement, juillet et août sont plutôt calmes pour l’horeca bruxellois.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct