Le double anneau cyclable, long de 700 m, est situé à 10
m de hauteur.
Le double anneau cyclable, long de 700 m, est situé à 10 m de hauteur. - Dominique Duchesnes.

Les balades d’été du «Soir»: déambuler à vélo dans la canopée à Hechtel-Eksel

La province du Limbourg a décidé de devenir le paradis des cyclistes. Elle l’affiche ouvertement sur de grands panneaux, mais elle passe aussi à l’action pour le prouver. « Faire du vélo dans l’eau », une piste cyclable qui traverse un lac, à Bokrijk (Le Soir du 8 juillet) a été salué par le Time Magazine comme l’un des cent sites les plus impressionnants au monde. Inaugurée en juillet de l’an dernier, l’attraction « Faire du vélo à travers les arbres » a, pour sa part, déjà reçu une médaille d’or aux International Design Awards de Los Angeles, en janvier dernier. Innovante et impressionnante, la construction située près de la jonction cyclable 272 au Pijnven, dans le Bosland, l’est incontestablement.

L’attraction a la forme d’un viaduc cyclable de 700 m de long en forme de double cercle d’un diamètre de 100 m. Le tout est soutenu par 449 poteaux en acier Corten qui disparaissent presque contre les conifères environnants. L’ensemble garantit une expérience fascinante. Avec une pente subtile de 3 à 4 %, l’aventurier quitte progressivement le sol pour finalement pédaler dix mètres plus haut dans la canopée, presque à la cime des arbres. Le calme et le silence sont à peine rompus par le chant des oiseaux et le bruit des pédaliers. On en prend plein les yeux et la sensation de liberté est totale.

Un atout touristique

Le projet « A vélo à travers les arbres » fait partie de la stratégie par laquelle Toerism Limburg redynamise son réseau de pistes cyclables en l’agrémentant d’expériences nouvelles. « Le réseau de pistes cyclables est notre plus grand atout en matière de tourisme », a d’ailleurs déclaré Igor Philtjens, président de l’office de tourisme limbourgeois lors de l’inauguration. « Avec les 42 villes et communes limbourgeoises, nous voulons investir pour accroître l’attractivité internationale. » Et ça marche puisque après six mois d’ouverture, le site avait déjà accueilli plus de 200.000 cyclistes.

En cette matinée de lundi d’août, ça n’est pas encore la grande foule mais des petits groupes d’amis ou des familles ont quand même abandonné leur voiture sur les parkings du Pijnven pour enfourcher leur vélo en direction de la jonction 272. Pour y arriver, un petit passage par un chemin à travers les bois s’impose. Dépaysant même si à plusieurs reprises, des pancartes rappellent de garder ses distances pour se protéger du coronavirus. Certains cyclistes portent d’ailleurs le masque. Après quelques centaines de mètres, le double anneau apparaît. Majestueux.

Il est sans conteste la principale raison de la venue de ces touristes, mais le parcourir ne dure que quelques minutes. Certains refont le circuit à plusieurs reprises mais tous en profitent pour prolonger le plaisir en pédalant à travers la forêt et les campagnes limbourgeoises. Plusieurs routes existent et sont balisées par numéros de jonctions. On déambule à travers la forêt de conifères, en passant par des champs de maïs ou de pommes de terre. Parfois, un petit quartier résidentiel se présente. Le mot d’ordre est le calme. A une exception près.

Un champ de tir

Par moments, le cycliste est amené à longer le domaine militaire voisin. Rien de bien dangereux car tout est parfaitement signalé. Sauf que le domaine comprend un stand de tir. Soudain, alors que le cycliste se ressource, un exercice de tir au fusil-mitrailleur commence. Le silence se brise pour faire place à des rafales successives. Ça canarde. Surprenant. La balade se poursuit et le vacarme s’éloigne. Retour au parking.

Avec un tel projet de 3,1 millions d’euros, les autorités limbourgeoises atteignent leur but puisque les touristes sont nombreux à venir découvrir la région. Elles l’ont bien compris et planchent déjà sur une nouvelle idée baptisée « A vélo à travers la Heide », un nouveau pont cyclable à travers la lande du parc national Hoge Kempen. Il est question ensuite d’emmener les cyclistes sous terre, dans les grottes de Riemst. Il prend un peu plus de temps à se concrétiser car les mesures de sécurité sont importantes.

Pour les fans de vélo qui souhaiteraient prolonger leur séjour sur les pistes cyclables limbourgeoises, un centre de vacances est prêt à les héberger juste en face du pont cyclable.

De leur côté, les autorités communales de Hechtel-Eksel comptent bien surfer sur la popularité de leur viaduc cyclable. Ils aimeraient permettre aux cyclistes de compléter leur expérience en dormant dans les arbres. Des initiatives avaient déjà été prises dans le passé, mais sans succès. Désormais, les choses ont changé et il devrait être plus facile de convaincre des investisseurs.

Le parcours

Frédéric Delepierre

1

La sculpture

Au point de jonction 272 qui correspond au point d’entrée pour se rendre au pont cyclable, un imposant amas de bûches géantes se présente. Ces bûches sont en fait des parties de troncs d’arbre qui ne sont en aucun cas destinées à être brûlées. Ces arbres sont ceux qui ont été abattus pour faire de la place au pont cyclable. En s’approchant, on constate qu’il s’agit d’un trompe-l’œil. Au milieu de l’ensemble, deux espaces ont été créés en acier Corten pour y installer des bancs en bois qui permettent aux cyclistes de se reposer et de respirer un peu. Un joli mélange entre nature et industrie, entre la chaleur du bois et le froid de l’acier.

2

Le pont cyclable

La longueur de la piste cyclable est de 700 m. Le double anneau est situé à 10 m de hauteur. Les piliers en acier Corten ont été placés en alternance à 1, 2 et 3 m les uns des autres, et symbolisent les troncs droits des pins. Ainsi, la construction s’intègre parfaitement à son environnement. Le tout est évidemment sécurisé par des rambardes et des filets métalliques d’une hauteur d’un mètre. Le dénivelé pour arriver au sommet, à la cime des pins, est de 4 % maximum.

3

Le centre de vacances

Pour les fans de vélo qui souhaiteraient prolonger leur séjour sur les pistes cyclables limbourgeoises, un centre de vacances est prêt à les héberger juste en face du pont cyclable. Depuis 1986, il propose des chalets et accueille des caravanes, des motor-homes ou des tentes. Il est possible aussi de s’y restaurer et de se rafraîchir dans sa piscine.

En pratique

Frédéric Delepierre

« Pédaler dans les arbres » est situé à hauteur du point-nœud 272 du réseau de véloroutes dans le domaine de Pijnven, au cœur du Bosland. L’adresse officielle est Kiefhoekstraat 16 à Hechtel-Eksel. Si vous venez en voiture, le parking est gratuit. Pour ceux qui ne possèdent pas de vélo, il est possible d’en louer sur place. Le point de location le plus proche est De Groenen Hoek, à quelques centaines de mètres. Il est conseillé de le réserver et de le récupérer le jour même. Pour profiter pleinement du réseau cyclable, après avoir pédalé dans les arbres, les plus sportifs peuvent se lancer sur la Boslandfietsroute Hechtel, un parcours de 34 km.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    0 Commentaire