Ligue des champions: Bergame a prié, ri, exulté et puis pleuré encore…

S.Th.
S.Th. - S.Th.

Depuis les majestueuses avenues de la ville basse, on peut admirer Bergamo alto, cette citadelle unique, peut-être la plus belle d’Italie où résonnent cloches et carillons presque en continu. Vu le nombre d’édifices religieux érigés sur les hauteurs, on comprend mieux cette solennité que la catastrophe sanitaire du Covid n’a fait qu’amplifier. Ces églises furent pour la plupart transformées en funérariums de fortune, faute de place, lorsque la pandémie frappa de plein fouet la ville lombarde et sa province les plus touchées par le virus (plus de 7.000 morts).

En plein cœur de l’enfer, les footballeurs de l’Atalanta ont fait front. Ils ont mesuré, effarés, que la fête du 10 mars pour célébrer la qualification historique pour les quarts suite à la victoire à Valence avait peut-être eu des dégâts colossaux car les tifosi ne purent évidemment s’empêcher de faire la fête.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct