Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude
OLIVIER HOSLET/epa

Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été franchi. Le ministre-président Rudi Vervoort a décidé comme prévu de parier sur la protection faciale pour endiguer la pandémie. « Au-delà de la situation sanitaire, c’est un choix symbolique », avait expliqué le socialiste le 6 août dernier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct