Japon: 75 ans après avoir capitulé, Tokyo veut se réarmer

Le parti de Shinzo Abe vient d'approuver une réforme controversée, visant à autoriser l'armée à effectuer des «
frappes préventives
» contre des cibles militaires étrangères qui représenteraient une menace imminente pour l'archipel.
Le parti de Shinzo Abe vient d'approuver une réforme controversée, visant à autoriser l'armée à effectuer des « frappes préventives » contre des cibles militaires étrangères qui représenteraient une menace imminente pour l'archipel. - EPA.

Le Japon commémore la fin de la guerre, ce samedi. Il a capitulé il y a 75 ans jour pour jour : le 15 août 1945. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a fait savoir qu'il ne se rendrait pas, pour l'occasion, au sulfureux sanctuaire tokyoïte de Yasukuni, qui honore la mémoire des 2,4 millions de Japonais morts au combat, dont des criminels de guerre. Il a néanmoins fait une « offrande rituelle », accompagnée d'un don financier, à ce lieu de culte. Il a aussi autorisé plusieurs de ses ministres, ainsi que son propre frère, à aller s'y incliner. Ces respectueuses attentions ont fâché les pays d'Asie qui furent victimes du militarisme nippon au siècle dernier, la Corée du Sud et la Chine en particulier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct