Négociations fédérales: il reste un mois avant le chaos politique

Si aucune solution n’est trouvée d’ici au 17 septembre, Sophie Wilmès devra tenir sa parole et demander formellement
: «
Parlementaires, me faites-vous confiance
?
».
Si aucune solution n’est trouvée d’ici au 17 septembre, Sophie Wilmès devra tenir sa parole et demander formellement : « Parlementaires, me faites-vous confiance ? ». - BELGA

Je reviendrai demander la confiance du Parlement au plus tard dans six mois. […] L’objectif, à terme, doit rester de former un gouvernement fédéral qui dispose d’une majorité parlementaire autour d’un projet global et positif pour notre pays. » Cette promesse de Sophie Wilmès date du 17 mars. Elle était l’une des pierres angulaires du discours qui lui a permis d’obtenir la confiance des parlementaires et de devenir Première ministre d’un gouvernement ultra-minoritaire (MR, Open VLD, CD&V) de plein exercice.

Cinq mois plus tard, avec la démission du duo des préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) – tenue en suspens par le Roi –, il semble toujours aussi compliqué de trouver cette fameuse majorité. Et encore moins d’ici au 17 septembre…

Alors quoi ?

1

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct