«Actions citoyennes: le pouvoir de votre engagement»

«Actions citoyennes: le pouvoir de votre engagement»
J.-L. B.

2019 et 2020 auront été deux années de mobilisations intenses en Belgique : Gilets jaunes, Jeunes pour le climat, mobilisations contre le racisme, rassemblements des blouses blanches… autant de symptômes d’une population belge qui s’interroge, qui s’indigne.

Souvent, l’envie nous prend d’agir pour changer les choses. Or, il n’est pas rare que nous devions faire face à un sentiment d’impuissance, un certain fatalisme suite à nos mobilisations. Cependant, la participation locale et politique de chaque citoyen et citoyenne belge est essentielle et mérite d’être placée au centre de nos préoccupations.

La Belgique, terreau fertile

Dans son dernier rapport (Actions citoyennes : le pouvoir de votre engagement), la Commission Justice et Paix a concentré ses recherches sur les motivations qui habitent ces personnes engagées au quotidien. Les méthodes sont nombreuses, le terreau belge est fertile. Historiquement liée à une culture de la contestation sociale, la Belgique observe depuis quelques années une mutation tant dans les causes que dans les moyens de ses mobilisations citoyennes.

Pourquoi ou pour quoi se mobilise-t-on ? Prétendre pouvoir répondre à cette problématique semble totalement utopique tant le champ des possibilités est immense. Pourtant questionner les moyens d’action à notre disposition est primordial pour rendre compte du pouvoir d’action dont nous, citoyennes et citoyens, disposons pour faire évoluer et changer les choses.

L’appel à s’engager se perçoit partout autour de nous et nous assistons à une multitude d’actions citoyennes dans l’espace public. Il n’existe pas une unique manière de s’engager ou d’accéder à un modèle de société auquel on aspire. Mais l’action de chacun et chacune d’entre nous est essentielle pour arriver à une transformation profonde de la société.

Des moyens d’action variés

Face aux multiples formes d’action (manifestions, boycott, désobéissance civile, plaidoyer…) qui s’offrent à nous en matière de mobilisation, nous faisons un choix qui nous est propre, dans la mesure de nos moyens. Aujourd’hui, notre démocratie connaît une crise de légitimité. Certaines personnes ne se sentent plus représentées et ne font alors plus confiance aux pouvoirs publics pour opérer un changement durable. D’elles-mêmes, ces personnes tentent de limiter les dégâts futurs en s’investissant dans actions citoyennes et en exigeant auprès des responsables politiques des mesures concrètes et applicables dès à présent.

De nombreuses initiatives locales ont vu le jour ces derniers temps. Créatrices et génératrices de changement, ces initiatives citoyennes cherchent à éveiller les consciences et à mobiliser les individus sur les grandes luttes sociales de notre siècle. Chacune d’entre elles est nécessaire et complémentaire. Il est important d’écouter ces revendications et de les mettre en dialogue. Si les transformations politiques au niveau global peuvent amener de grands changements au niveau local, des initiatives locales ont également le pouvoir de faire aboutir des revendications politiques au niveau global. C’est souvent au sein de ces initiatives locales que s’exerce l’innovation technique, que se créent des modèles innovants de pratiques commerciales, politiques et sociales et que se testent de nouveaux styles de vie. C’est en croisant et valorisant ces initiatives que nous pourrons nous renforcer mutuellement dans nos pratiques citoyennes.

Osons le plaidoyer citoyen !

Plus que jamais, il est indispensable d’allier actions de sensibilisation et interpellations politiques pour réfléchir et agir ensemble pour une société plus inclusive. Ces actions de plaidoyer ne sont pas seulement réservées aux associations telles que Justice et Paix. Aujourd’hui, les citoyens et les citoyennes se réapproprient la sphère publique et s’engagent pour un monde plus juste et durable. Nos responsables politiques peuvent actuellement être sollicités via Twitter, Facebook, mail et doivent répondre publiquement de leurs actions.

Au-delà de la mobilisation citoyenne, il est essentiel de prendre conscience de notre capacité à changer le cours de notre Histoire. Il s’agit d’un choix et d’une responsabilité, évidemment liés aux moyens qui sont mis à notre disposition. À nous de consolider ceux-ci, à nous de construire des nouvelles initiatives démocratiques, de réinventer des lieux de pouvoir et de concertation, de profiter de chaque espace public pour y amener le débat citoyen, défendre des droits, nouveaux ou anciens, afin de renforcer le dialogue, unir nos forces dans des revendications communes et, reconnecter humainement tous les rouages complexes de notre système politique, en vue du Bien commun à construire ensemble.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches