Kalkense Meersen offre une grande diversité d’oiseaux aquatiques ou d’amphibiens.
Kalkense Meersen offre une grande diversité d’oiseaux aquatiques ou d’amphibiens. - PIERRE-YVES THIENPONT

Les balades d’été du «Soir»: la vie de château, le long des berges de l’Escaut

Si tout cela ne se termine pas par une visite de Gand, c’est que tout y a commencé. Du coup, pourquoi ne pas céder au péché de gourmandise et s’offrir un petit plaisir supplémentaire, en entrée et en dessert : rallier Destelbergen à bicyclette depuis la gare de Gand-Saint-Pierre. Manière de goûter encore et plus longtemps au voisinage de l’Escaut, qu’on peut longer quasiment sans discontinuer depuis la cité flamande jusqu’au point de départ de la balade des châteaux. Les possibilités de se remettre de cet excès ne manqueront de toute façon pas par la suite, ni celles de raccourcir le parcours si c’en était vraiment trop.

Celui-ci invite, quoi qu’il en soit, à prendre le temps. A le remonter, et à replonger à l’époque de la révolution industrielle dans laquelle Gand tenait le haut du pavé en Belgique. Fortunes faites, des riches familles s’installèrent dans le canton pour y bâtir des châteaux ou de grosses demeures, dans l’environnement campagnard qui n’était pas encore, alors, balafré par deux autoroutes.

« Kastelenroute »

Il en reste aujourd’hui une vingtaine, disséminés sur ce territoire où on cherchera en vain l’ombre d’une route en pente, privés pour la plupart et choyés par leurs nouveaux propriétaires, et qui se laissent deviner derrière leurs grands portiques ou les grandes allées boisées. C’est à ce jeu de pistes que convie la « kastelenroute » au départ du joli village de Destelbergen, que l’on quitte pour rejoindre l’Escaut. Nous voilà dans le vif du sujet, emporté sur le chemin de halage qui appelle à se laisser couler, sans devoir donner trop de coups de pédale, une demi-douzaine de kilomètres durant.

L’occasion, aussi, de se familiariser avec le système des « points-nœuds » qui jalonnent l’itinéraire et permettre d’éviter de passer l’essentiel de l’œil fixé sur son GPS. Premier cap, le « knooppunt 7 », qu’on rallie en tentant de débusquer les plus belles propriétés joliment arborées, le long du fleuve. On suit son cours tranquille jusqu’au points-nœuds 12, où on délaisse à nouveau l’Escaut. Direction Heusden, où on peut tenter de dénicher les châteaux Stas de Richelle, au style néo-classique, celui du baron Braun (en bordure de D’Haenestraat), ou encore le château « Romaan », qu’on devine plus qu’on ne voit réellement, autant de témoins de la richesse de ses anciens propriétaires.

Le château de Laarne

Ceux-là ne se visitent pas, au contraire du château de Laarne, véritable attraction locale, qui ouvre ses portes à tous les publics, scolaires et familiaux et qui vaut bien plus qu’un simple coup d’œil. Edifié au 14e siècle, c’est l’un des châteaux fortifiés les mieux conservés de Flandre. Entourée d’un large donjon carré, remarquable avec ses tours pointues, la forteresse est notamment connue pour abriter une collection d’orfèvreries léguée par Claude Dallemagne, qui compte plus de 500 pièces. Plus ludique, la visite guidée du lieu propose de partir sur les traces des sorcières qui auraient été enfermées là au début du 17e siècle.

Réserve naturelle

C’est, assurément, le temps fort de la promenade, après lequel il n’en est pas moins agréable de reprendre le guidon pour faire le tour des quelque 1.000 hectares de la réserve naturelle de Kalken Meersen, paradis pour les marcheurs et lieu privilégié de reproduction et d’hivernage pour les oiseaux de prairie. Heureux détour qu’emprunte là le parcours balisé de la route des châteaux, le long des canaux, bordée de saules, de fossés verdoyants et des marais de l’Oude Schelde.

Un bain de jouvence qui requinque avant d’affronter le dernier tronçon du parcours, s’éloignant des rives de l’Escaut, pour se diriger dans le Waasland vers le château de Beervelde, véritable joyau et vraie curiosité. Autrefois résidence du maire de Gand, Charles de Kerckhove, le château et son parc accueillent deux fois par an les « journées des plantes », rendez-vous incontournable des jardiniers et amateurs de fleurs. Ce n’est pas pour rien que le jardin du château, dessiné dans le style paysager anglais, servait autrefois de vitrine à l’industrie florale gantoise.

L’incontournable château Van Beervelde.

Reste après cela à reprendre ses esprits, et enfourcher sa bicyclette pour se laisser guider vers Lochristi et son château Rozelaar, au style néoclassique austère, visible depuis la « Kasteeldreef », mais pas accessible au public, puis à reprendre la route en cherchant les points-nœuds qui mènent à rebours (10, 9 et 8), après un ultime et fastidieux passage par-dessus l’autoroute (le 4e de la promenade), vers Destelbergen. Là, dans un mouchoir de poche, se tiennent une petite dizaine de châteaux, parmi lesquels le monumental Crabbenbrug, au style inspiré par les villas – terme qui désignait les maisons à la campagne en Vénétie – de l’architecte italien Palladio.

Des sorcières, des donjons, des douves, des jardins anglais, des canaux, des oiseaux et dans chacun des villages traversés des étapes pour satisfaire ses papilles (la Brasserie Céline, ou Het Steent’je pour n’en citer que deux) : il y en a vraiment pour tous les goûts. Y compris pour ceux des plus sportifs qui n’auront pas oublié qu’après tout cela il faut encore rejoindre Gand. Où tout commence, où tout s’achève.

Parcours

1

Quel vélo choisir ?

Long d’une cinquantaine de kilomètres, il est principalement fait de routes carrossables goudronnées, et de rares passages sur des drèves de petit gravier, et donc praticable avec un vélo de ville ou tous chemins. Mais l’ensemble des chemins se prête à la pratique de la bicyclette, sans crainte de la circulation automobile puisqu’il serpente à travers les campagnes. Au départ, le chemin de halage est quasiment une autoroute à vélo.

2

Le parc Harry Malter

Ceci n’est pas un zoo, ceci n’est pas un parc d’attractions : le parc animalier et d’attraction Harry Malter – créé par un homme de cirque allemand il y a trente ans - aimantera fort certainement l’attention des plus jeunes, qui pourront y observer zèbres, suricates, ragondins, porcs-épics, autruches ou se balader à dos de chameaux dans un large domaine de 3 hectares.

3

La réserve naturelle Kalkense Meersen

Entre les villages de Kalken, Overmere, Uitbergen, Schellebelle et Wetteren, la réserve naturelle se découvre aussi bien à vélo qu’à pied, sur des itinéraires différents. Un environnement de prairies basses et humides qui se prête particulièrement bien à la randonnée.

En pratique

La route des châteaux démarre au centre sportif de Destelbergen (Sporthal Bergenmeers). Le village de Destelbergen est facilement accessible par l’autoroute E17 Gand-Anvers. En venant de Bruxelles, quitter l’E40 à Zwijnaarde et direction Anvers. En train, la gare la plus proche est celle de Gentbrugge, avec des correspondances régulières depuis Gand-Saint-Pierre (direction Eeklo). Depuis la gare de Gentbrugge, on peut rejoindre Destelbergen en longeant l’Escaut.

La visite du château de Laarne se fait dans trois langues, en français, anglais ou néerlandais, et coûte 9 euros pour les adultes, 6 euros pour les moins de 18 ans. Il est fortement conseillé de se munir du parcours de la promenade, pour ne pas s’embrouiller dans les points-nœuds. Celui-ci est disponible en pdf ou en gpx sur le site routen.be https://www.routen.be/fietsen-langs-kastelen-fietsroute

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    0 Commentaire