Coup d’Etat au Mali: la crainte de la contagion

Le colonel Assimi Goita se présente comme le nouvel homme fort du Mali après le coup d’Etat militaire, unanimement condamné par la communauté internationale.
Le colonel Assimi Goita se présente comme le nouvel homme fort du Mali après le coup d’Etat militaire, unanimement condamné par la communauté internationale. - AFP

Analyse

La Cedeao (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest) se réunissait par vidéoconférence, jeudi, pour aborder le coup d’Etat au Mali. Elle avait déjà condamné le renversement du président (contesté) malien, Ibrahim Boubacar Keïta (dit « IBK »), par des militaires. Elle a depuis annoncé la suspension du Mali des prises de décision en son sein et de toutes les relations « commerciales, économiques et financières » entre ses pays membres et Bamako, de même que la fermeture des frontières tant que l’ordre constitutionnel n’est pas rétabli.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct