Tracing: 37% des labos bruxellois transmettent l’info trop tard

Tracing: 37% des labos bruxellois transmettent l’info trop tard
Pierre-Yves Thienpont

Tester, c’est bien. Mais pour lutter efficacement contre le virus, c’est insuffisant. Dès qu’un test est positif, il est crucial d’entrer le plus rapidement possible en contact avec le patient contaminé, pour lui demander de détailler tous les contacts qu’il a pu avoir. C’est ça le « tracing » (ou « suivi de contacts »).

En Belgique, les Régions ont mis en place des call-centers. Par téléphone, les agents sont chargés de dresser la liste de tous les « contacts à haut risque » croisés par un contaminé. Tous ces contacts étroits sont à leur tour appelés par les traceurs. Ils doivent se mettre en quatorzaine et se faire tester. Et si l’un des tests s’avère positif, la procédure redémarre. Le but étant évidemment de casser les chaînes de transmission en isolant les cas potentiellement positifs. Et ça marche ? Mieux que début mai, après quelques ratés à l’allumage. Mais il reste des lacunes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct