Etats-Unis: les carnets de campagne de Philippe Labro

Etats-Unis: les carnets de campagne de Philippe Labro

« Les aberrations de Trump pourraient lui coûter cher ! », nous confia Philippe Labro au tout début de la crise du coronavirus, alors que le fantasque président était toujours donné vainqueur de l’élection de novembre.

L’intuition ? L’expérience surtout, inestimable, chez cette légende du journalisme qui, 60 ans durant, sillonna l’Amérique en tous sens, un carnet de notes à la main.

Il nous expliqua ainsi que certains personnages imprévus, hors norme, surgissent parfois dans l’Histoire mais que la contingence reste la règle. Et de raconter un meeting électoral qu’il avait suivi à l’été 1960, à Fargo, dans le Dakota du Nord, et comment un jeune sénateur quasiment inconnu, John Fitzgerald Kennedy, un « héritier », un intello du Massachusetts, avait ensorcelé une foule de péquenots… et fait cesser la pluie qui inondait les grandes plaines.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct