L’Afrique dans le piège de la dette chinoise

La ligne de chemin de fer à grande vitesse «
Standard Gauge Railway
», au Kenya, est l’un des grands travaux d’infrastructure menés par la Chine sur le sol africain.
La ligne de chemin de fer à grande vitesse « Standard Gauge Railway », au Kenya, est l’un des grands travaux d’infrastructure menés par la Chine sur le sol africain. - Reuters

C’est un rôle dont l’empire du Milieu se serait bien passé. Malgré lui, le premier créancier des pays d’Afrique se retrouve au centre du processus des négociations des dettes du continent, dont plusieurs pays se retrouvent étranglés par la crise économique mondiale. En général plutôt discret sur le sujet, Pékin a fait savoir qu’il participe à l’accord du G20 annoncé en avril, qui prévoit une suspension de paiement des remboursements pour les pays les plus pauvres jusqu’à la fin de l’année. Une extension sur 2021 est en discussion. Mais ce report – jugé insuffisant par les pays africains – ne représente qu’une petite partie de l’endettement total du continent, estimé à 365 milliards de dollars, dont un tiers est détenu par la seule Chine.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct