Birmanie: «Les Rohingyas, depuis trois ans dans les limbes»

Le 25 août 2019, les réfugiés du camp de Cox’s Bazar commémoraient leur exode forcé. Un an plus tard, leurs conditions de vie se sont encore compliquées.
Le 25 août 2019, les réfugiés du camp de Cox’s Bazar commémoraient leur exode forcé. Un an plus tard, leurs conditions de vie se sont encore compliquées. - Reuters.

C’était il y a tout juste trois ans : en réponse à des attaques artisanales de postes frontières par des insurgés rohingyas qui avaient fait plusieurs dizaines de morts, les autorités birmanes lançaient, le 25 août 2017, une large offensive contre cette population musulmane qu’elles estiment indésirable.

Une « campagne brutale de nettoyage ethnique comprenant des tueries de masse, des viols, la destruction par le feu de villages », selon les mots de Human Rights Watch (HRW). Elle a forcé plus de 740.000 personnes à fuir pour trouver refuge de l’autre côté de la frontière avec le Bangladesh, un des pays les plus pauvres au monde.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct