L’«affaire Avrox» a laissé un goût amer dans le secteur

Difficile de discuter « masques » avec un fabricant belge du monde du textile sans aborder la fameuse polémique autour d’Avrox, cette société luxembourgeoise choisie par la Défense pour fournir les 15 millions de masques fédéraux destinés aux citoyens. Pour beaucoup d’entrepreneurs, le coup a été très dur à encaisser et les critiques fusent. « Moi, j’ai postulé à l’appel d’offres à 11 heures, la deadline était à midi, et je n’ai même pas été pris en compte. Et durant le week-end, tous les critères ont été changés. Tout ça était très discutable ! Ce n’est pas bon pour la crédibilité des appels d’offres de l’Etat », tempête Rony Vandermeersch, le patron de Celesta, qui fabrique des articles variés pour le secteur de la mode. « Avec Creamoda (la Fédération belge de la mode, NDLR), on a essayé de travailler avec le gouvernement, mais ça n’a pas été correct. J’avais acheté des tissus en grandes quantités. Tout ça pour finalement voir qu’ils n’achètent même pas dans les entreprises belges.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct