Sept semaines de cours, deux de congé: les lobbys de l’école veulent cette réforme des rythmes scolaires

Pour le chronopsychologue François Testu, le modèle 7+2 «
permet d’avoir des pauses régulières qui rompent les temps longs. Et qui dit régularité, dit équilibre de l’enfant, dit éveil et vigilance.
»
Pour le chronopsychologue François Testu, le modèle 7+2 « permet d’avoir des pauses régulières qui rompent les temps longs. Et qui dit régularité, dit équilibre de l’enfant, dit éveil et vigilance. » - Pierre-Yves Thienpont.

De deux choses l’une : ou l’enseignement s’apprête à vivre une véritable révolution, ou, faute de moyens, de volonté politique ou de consensus social, ce rapport ira s’empoussiérer au rayon des illusions ». Le 20 septembre 1991, notre confrère Pierre Bouillon s’interrogeait dans Le Soir sur l’avenir que le gouvernement de la Communauté française réserverait aux conclusions de la commission chargée d’étudier la réforme des rythmes scolaires. Il s’agissait à l’époque d’organiser l’année autour « d’une alternance de périodes de sept ou huit semaines de cours et de temps de congé de quinze jours. On suggère ainsi deux semaines de congé à la Toussaint (fin octobre), deux autres à la Noël, des vacances d’hiver (fin février) et de printemps (fin avril). Les vacances d’été dureraient sept semaines (au lieu de neuf) et démarreraient le lundi qui suit le 1er juillet ». Il s’agissait aussi de revoir – sans trop y croire – le rythme de la journée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct