«J’ai pu sauver les manuscrits de Tombouctou des mains d’Al-Qaïda»

«J’ai pu sauver les manuscrits de Tombouctou des mains d’Al-Qaïda»
DR

Dérobés miraculeusement à la fureur iconoclaste des groupes djihadistes qui s’étaient emparés de Tombouctou en 2012, 24.000 précieux manuscrits ont été mis à l’abri dans un petit immeuble de deux étages dans une périphérie meurtrie de Bamako, la capitale du Mali. Mais aucun gardien n’a été engagé pour protéger ces codex enluminés d’une valeur inestimable, dont certains remontent au XIe siècle. « Comme nous n’en avons pas les moyens, nous avons privilégié la discrétion en évitant d’apposer une enseigne sur la façade du centre, pour ne pas attirer les voleurs et les personnes malintentionnées », explique le directeur, Mohammed Diagayeté, déçu qu’aucune fondation, organisme ou gouvernement au monde ne finance son Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, qui ne survit que grâce aux subsides de ce pays pauvre qu’est le Mali, frappé par une terrible crise économique et, depuis une dizaine de jours, dirigé par une junte de colonels après un putsch.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct