Japon: le successeur de Shinzo Abe ne devrait pas être un «faucon»

Shinzo Abe et son fidèle lieutenant, Yoshihide Suga, désormais favori pour prendre la succession du Premier ministre démissionnaire.
Shinzo Abe et son fidèle lieutenant, Yoshihide Suga, désormais favori pour prendre la succession du Premier ministre démissionnaire. - Reuters

L’initiative n’aura pas échappé aux pays d’Asie qui, au siècle dernier, furent victimes du militarisme nippon. Mardi, le Parti libéral-démocrate (PLD) du Premier ministre démissionnaire Shinzo Abe a verrouillé la procédure de désignation de son successeur – qui entrera en fonction d’ici à la fin du mois. De facto, le choix de ce processus électoral simplifié et accéléré va vraisemblablement barrer la route au favori des sondages, dont le profil ultranationaliste fâcherait Pékin et Séoul s’il accédait à la tête du gouvernement.

Shigeru Ishiba, c’est son nom, incarne depuis des années l’opposition à Shinzo Abe au sein du PLD. Cet ex-ministre de la Défense prône une remilitarisation de l’archipel encore plus marquée que celle que le Premier ministre démissionnaire a opérée depuis 2012. Il considère notamment que le Japon doit pouvoir débattre de la question de posséder - ou non - des armes nucléaires.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct