Cambodge: Douch, le tortionnaire en chef des Khmers rouges, a oscillé entre repentir et déni

Un survivant du S21 pointe le responsable de ce centre de torture et de mort
: Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de guerre qu’il s’était choisi, Douch.
Un survivant du S21 pointe le responsable de ce centre de torture et de mort : Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de guerre qu’il s’était choisi, Douch. - AFP.

Portrait

L’ancien tortionnaire en chef des Khmers rouges, Douch, 77 ans, est mort ce 1er septembre dans un lit d’hôpital. Il y était soigné depuis deux jours pour des problèmes respiratoires qui lui avaient valu d’être extrait de la cellule où il purgeait une peine de prison à vie pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Ses innombrables victimes n’ont pas eu cette chance : pour elles, le dernier lit, c’était celui que le visiteur horrifié découvre lorsqu’il visite le Musée du Génocide Tuol Sleng à Phnom Penh. Dans une classe vide de cette ancienne école transformée en centre de détention et de torture, ce lit de métal sans matelas est posé sur le carrelage en damier jaune et blanc. Au mur, la photo d’un corps supplicié, dégoulinant de sang, posé sur le même lit.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct