Affaire Navalny: le «Novitchok», un poison signé Poutine

C’est en buvant ce gobelet de thé, à l’aéroport d’Omsk, qu’Alexeï Navalny aurait été empoisonné.
C’est en buvant ce gobelet de thé, à l’aéroport d’Omsk, qu’Alexeï Navalny aurait été empoisonné. - D.R.

Il n’y a plus de doute. Le principal opposant de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a été empoisonné. « Nous en avons la preuve incontestable », a assuré Steffen Seibert, le porte-parole du gouvernement. « Il a été victime d’un crime (…) On a voulu le réduire au silence », a insisté la chancelière, Angela Merkel.

Jusqu’à présent Berlin avait simplement parlé d’un empoisonnement mais n’avait pas encore identifié la substance. Cette fois l’analyse du laboratoire spécial de l’armée allemande (Bundeswehr) a réussi à déceler le « Novitchok », un agent neurotoxique que seul l’Etat russe utilise encore sur la planète.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct