Rachid Benzine: «Sans critique interne au sein de l’islam, l’islamophobie augmentera»

Pour le philosophe Rachid Benzine, «
nous devons prendre conscience de ce double déni fondamental en Belgique
: le gouffre des inégalités, d’une part, qui est énorme, et, d’autre part, le déni à l’intérieur de certains groupes belgo-musulmans dans lesquels on refuse de voir la dérive de certains.
» © Dominique Duchesnes.
Pour le philosophe Rachid Benzine, « nous devons prendre conscience de ce double déni fondamental en Belgique : le gouffre des inégalités, d’une part, qui est énorme, et, d’autre part, le déni à l’intérieur de certains groupes belgo-musulmans dans lesquels on refuse de voir la dérive de certains. » © Dominique Duchesnes.

Il y a deux semaines, le philosophe Rachid Benzine nous accordait un grand entretien. Depuis des années, ce politologue de formation a fait de l’analyse historique et critique du texte sacré son domaine de recherche privilégié. Il plaide pour un important travail de remise en contexte, d’historicisation du Coran. Proche du metteur en scène belge Ismaël Saidi et de l’islamologue Michaël Privot (avec qui il est impliqué dans un module de formation qui aurait dû déboucher sur des capsules vidéos financées par la Région), il observe la société belge avec une certaine sévérité, mais non sans optimisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct