Charlie Hebdo: se souvenir, mais pas seulement

Charlie Hebdo: se souvenir, mais pas seulement
AFP.

Ne rien oublier. Mais ne rien lâcher non plus. À l’ouverture, hier à Paris, du procès des attentats de janvier 2015, on était bouleversé par la douleur intacte des rescapés et des familles des victimes des massacres de Charlie Hebdo, de l’hyper Cacher et de l’assassinat d’une policière à Montrouge.

Le temps n’efface pas le traumatisme. Au rappel détaillé et clinique des faits, on tressaillait d’ailleurs encore de revivre ces trois jours d’effroi qui avaient glacé la France et soulevé l’écœurement à travers le monde. Mais ce procès pour l’histoire, que les générations futures pourront d’ailleurs voir dans cinquante ans grâce à un dispositif de captation exceptionnel, ne doit pas servir que la mémoire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct