La Chine essaie de séduire l’Europe: pas si simple

Si le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a salué son homologue chinois d’un amical coup de coude, il a aussi fait preuve d’une grande fermeté dans ses échanges politiques avec lui.
Si le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a salué son homologue chinois d’un amical coup de coude, il a aussi fait preuve d’une grande fermeté dans ses échanges politiques avec lui. - Reuters.

Décodage

Face aux pressions des Etats-Unis tentant de convaincre les Européens de les rejoindre dans leur croisade anti-Chine, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a achevé cette semaine une tournée de « damage control » dans cinq pays d’Europe : Italie, Pays-Bas, Norvège, France et Allemagne.

Avec un succès mitigé. Le discours chinois traditionnel exaltant le multilatéralisme, le commerce international et la coopération n’a semble-t-il pas toujours fait le poids face aux dossiers qui fâchent, avec au premier rang la mainmise de Pékin sur Hong Kong et l’oppression des Ouïghours au Xinjiang.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct