Nicolas Lombaerts: «Jouer au foot ne me manque pas mais l’atmosphère du vestiaire, ça oui»

Nicolas Lombaerts: «Jouer au foot ne me manque pas mais l’atmosphère du vestiaire, ça oui»
Dominique Duchesnes

Masque buccal aux couleurs du Zenit -évidemment- sur le nez, Nicolas Lombaerts pénètre dans le bar de l’hôtel où il nous a donné rendez-vous, à cinq minutes de chez lui, dans la région de Bruges. Sa grande carcasse (1m88) ne laisse généralement pas indifférent, mais entre les hommes d’affaires plus occupés à tripoter le clavier de leur portable, il passerait presque incognito. Éreinté, l’ancien Diable rouge s’affale dans son fauteuil, presque heureux de nous voir, après deux mois intenses, rythmés par la paternité qu’il redécouvre. « La grande, Victoria, est enfin à l’école, ça va faire du bien ! », se réjouit-il, soulagé plus que stressé en ce 1er septembre de rentrée des classes, jour de notre rencontre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct