Le procès des hébergeurs comme «exemple de dissuasion»

En septembre 2018, douze personnes, dont quatre hébergeurs acquittés en première instance, ont été inculpées du chef de trafic d’êtres humains et/ou de complicité. Les quatre personnes sont mises en cause pour avoir nourri, lavé des vêtements, prêté un téléphone et un ordinateur, des pratiques considérées comme une aide utile à l’activité de passeurs. L’une des hébergeuses, acquittée, a tenté de faire voyager l’un de ses hébergés via un passeur, aidé à la localisation de parkings sur Google MapS à la demande d’un des migrants et facilité l’identification de la destination finale d’un camion.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct