Mémorial Van Damme: Sifan Hassan et Mo Farah à la bonne heure

Mo Farah a amélioré le record de l’Éthiopien Gebrselassie.
Mo Farah a amélioré le record de l’Éthiopien Gebrselassie. - Reuters

Se réinventer, pour ne pas sombrer dans une forme de sinistrose. Prendre les choses en main et agir, dans un espace de liberté forcément restreint par ce virus, dont l’immixtion a bouleversé nos vies. C’est ce que les organisateurs du 44e Mémorial Van Damme ont réussi, en proposant hier soir un programme plus étriqué qu’à l’accoutumée mais qui, somme toute, avait gagné en originalité. C’est ce que les athlètes conviés au stade Roi Baudouin ont démontré, eux aussi. Comment se sublimer devant des gradins vides, alors que l’athlétisme est un sport de partage ? Comment renverser des montagnes dans un stade désertique ? En renforçant la bulle mentale dans laquelle chaque compétiteur se glisse, avant d’affronter ses propres défis. Alors que la pénombre s’emparait du ciel bruxellois, deux seigneurs de l’anneau se sont ainsi attaqués à une légende.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct