Tour de France: presque comme un 14 juillet

La joie du Français Nans Peters à l’arrivée ce samedi.
La joie du Français Nans Peters à l’arrivée ce samedi. - Photo News

Les favoris ont presque failli se livrer, Roglic en tout cas, après avoir fait travailler toute son équipe, mais l’option du maillot jaune ne semblait une nouvelle fois pas intéresser le Slovène, tellement à l’aise dans les derniers dénivelés de Peyresourde.

Roglic, plus aérien en tout cas que Bernal, s’est rassis lorsque son compatriote Pogacar a sorti un contre impressionnant, histoire de combler une partie du retard concédé la veille suite à un incident mécanique au moment de l’accélération de l’équipe Groupama-FDJ de Thibaut Pinot.

Comme quoi, bien mal acquis ne profite jamais car pour le Franc-Comtois, numéro un des outsiders derrière le duo Roglic-Bernal, la première étape des Pyrénées fut un enfer. Relégué dans le gruppetto dès les premiers contreforts du Port de Balès, Pinot, le bas du dos en compote (le même mal dont souffre Tiesj Benoot) ne pouvait plus suivre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct