«Elle a menti pour les ailes» racontre la violence des réseaux sociaux

Francesca Serra.
Francesca Serra. - D.R.

Il y avait trois premiers romans, écrits par autant de femmes, dans la sélection de rentrée opérée, dès juillet, par les journalistes du Monde en vue du prix littéraire attribué cette semaine. Parmi eux, le copieux Elle a menti pour les ailes, de Francesca Serra, a été élu. Outre que cela met en lumière une maison d’édition souvent tenue à l’écart des récompenses à cette époque de l’année, il y avait de bonnes raisons de saluer, avec cette entrée en littérature, une voix nouvelle.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct