«Charlie Hebdo»: un plaidoyer vibrant pour la liberté

Riss, directeur de «
Charli Habdo
»
: «
Je ne veux pas être soumis à l’arbitraire des fanatiques. Le combat de ma vie, c’est le combat de la liberté. Et je regrette que certains soient si peu combatifs pour la défendre.
»
Riss, directeur de « Charli Habdo » : « Je ne veux pas être soumis à l’arbitraire des fanatiques. Le combat de ma vie, c’est le combat de la liberté. Et je regrette que certains soient si peu combatifs pour la défendre. » - AFP.

Ils se ressemblent tous un peu. Tous blessés, mais tous debout. Le webmaster Simon Fieschi comme le journaliste Fabrice Nicolino ont déposé mercredi leur béquille le temps de leur déposition devant la cour d’assises qui juge depuis une semaine les attentats de 2015. Et si les longues jambes de Riss tremblent à la barre, jamais le directeur de Charlie Hebdo ne chancelle pour défendre son journal et plus encore. Car à les entendre, ce ne sont pas seulement des dessinateurs que les frères Kouachi ont massacrés. C’est aussi la liberté que l’on a tenté d’assassiner.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct