Le mouvement #BalanceTonRappeur frappe Roméo Elvis

Roméo Elvis croyait «
répondre à une invitation qui n’en était pas une, m’arrêtant dans les instants qui ont suivi dès que j’ai compris
».
Roméo Elvis croyait « répondre à une invitation qui n’en était pas une, m’arrêtant dans les instants qui ont suivi dès que j’ai compris ». - Belga.

Il y a peu, sous un article publié par le magazine français Tsugi, un internaute dénonçait : « Il n’y a pas eu de #MeToo dans la musique. Si c’était vraiment le cas, il y aurait beaucoup plus de témoignages. » Au vu de ce qu’on a pu entendre côté cinéma, on ne lui donnera pas tout à fait tort. En même temps, on ne lui donnera pas totalement raison : sous des hashtags dérivés de celui imaginé par la militante américaine Tarana Burke, le milieu musical se trouve lui aussi secoué. Depuis quelques jours, l’incitation à se manifester se traduit comme suit : #BalanceTonRappeur.

En cause, d’abord : Mohamed Bellahmed, alias Moha La Squale, visé par trois plaintes pour violences sexuelles, coups, menaces et séquestration. Le Parquet de Paris a confirmé l’ouverture d’une enquête visant le rappeur, qu’on a déjà pu voir secouer le public des Ardentes, supposé y revenir en juillet 2021.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct