Hirschi: « Je ne voulais pas y croire »

Battu sur le fil à Nice par Alaphilippe, repris au dernier moment par les Slovènes Pogacar et Roglic à Laruns, Marc Hirschi n’avait donc pas renoncé malgré deux énormes déceptions. La marque d’un champion est de surmonter les défaites et de préparer l’action suivante, ce qu’il a magistralement réussi en usant tous ses adversaires vers Sarran.

Marc Hirschi, après vos échecs précédents, comment avez-vous géré cette étape ?

Jusqu’au dernier kilomètre, je ne voulais pas y croire afin de ne pas retomber de haut une nouvelle fois. L’échec, si on peut parler d’échecs, peut entraîner le doute et cela, je n’en voulais pas. Le truc qui m’a fait le plus râler, à Laruns, c’est que, en principe, je ne peux pas perdre un sprint pareil.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct