Le Tour prêt à entrer en éruption

Bernal va trouver un terrain pour malmener les Jumbo de Dumoulin et Roglic. Ou, du moins, essayer...
Bernal va trouver un terrain pour malmener les Jumbo de Dumoulin et Roglic. Ou, du moins, essayer... - AFP

Le Tour gagne chaque jour en intensité, en densité aussi. Depuis la prise de pouvoir de Primoz Roglic, les calculs d’épicier qui consistaient à laisser la tunique à Julian Alaphilippe, la course est plus débridée, favorable aux audacieux, à l’image de la jeunesse et du talent de Marc Hirschi. Favorable aux prises de risque (même dans les sprints !), favorable au cyclisme offensif.

La peur de ne pas pouvoir rejoindre Paris, pour cause de Covid a aussi disparu et peut en partie expliquer une sorte de mobilisation, de concentration maximale des coureurs dans l’exercice de leur métier. Car sauf catastrophe, le Tour ne sera donc pas impacté par le Covid d’ici Paris. Les compteurs seront en effet remis à zéro pour la prochaine vague des tests de détection du virus, dimanche et lundi.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct