Le kot étudiant: un marché stabilisé aux rendements variés

Le marché des kots ou des colocations est plus équilibré aujourd’hui l’offre est plus abondante et la demande plus stable.
Le marché des kots ou des colocations est plus équilibré aujourd’hui l’offre est plus abondante et la demande plus stable. - Bruno DALIMONTE.

Ce lundi, c’est au tour des étudiants de reprendre le chemin des salles de classe, des amphis, mais aussi… de leur kot. Un bien immobilier qui est devenu au fil du temps un produit d’investissement à part entière, entraînant une professionnalisation de ce marché un peu particulier. « Historiquement, il y a toujours eu des gens qui ont fait des kots d’étudiants. Mais ces cinq dernières années, quelques opérateurs se sont spécialisés là-dedans. Ça a permis de créer un professionnalisme et d’offrir des produits mieux adaptés, des résidences avec des aménagements intérieurs spécifiques pour les étudiants, des espaces communs, du wifi, etc. », décrit Eric Verlinden, le CEO du groupe Trevi. « On a construit de plus en plus de kots d’étudiants organisés, structurés, à Bruxelles, Gand, Anvers, Namur et Liège ». Une offre plus abondante, une demande stable… Le marché est donc bien plus équilibré aujourd’hui. « Il est même en légère décroissance, car le kot n’est plus une denrée rare ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct