Négociations fédérales: comment la Vivaldi se donne du temps

La Première ministre se présentera à la Chambre jeudi prochain, et devrait recevoir le soutien des partis de la Vivaldi. © Belga.
La Première ministre se présentera à la Chambre jeudi prochain, et devrait recevoir le soutien des partis de la Vivaldi. © Belga.

Il reste (a priori) vingt petits jours aux partenaires de la Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes et CD&V) pour tenter de former un gouvernement de plein exercice et disposant d’une majorité à la Chambre. D’abord dix jours pour poursuivre la négociation sur le contenu et désigner le futur formateur (et donc Premier ministre) : vendredi, le Roi a en effet demandé aux deux préformateurs actuels, Egbert Lachaert (Open VLD) et Conner Rousseau (SP.A), de lui rendre leur rapport final le 21 septembre. Puis dix jours pour accoucher d’une coalition dotée d’un accord de gouvernement en bonne et due forme : vendredi toujours, les sept présidents de parti de la Vivaldi ont confirmé dans un communiqué commun leur intention de mettre en place un « nouveau gouvernement pour le 1er octobre ». Et de laisser jusque-là l’actuel gouvernement Wilmès « diriger le pays ». « Cette fois », en déduit une source bien informée, « il n’y a plus de marche arrière possible. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct