La note bleue, nouvelle tendance Culture

Aujourd’hui, Georges-Louis Bouchez matérialise l’une des promesses de mai.
Aujourd’hui, Georges-Louis Bouchez matérialise l’une des promesses de mai. - Photo News.

Depuis la formation gouvernementale des entités fédérées, et bien qu’ils n’en aient pas la charge, les libéraux francophones ont ouvert un chantier étonnant de réappropriation et reconfiguration de la culture. Il y a d’abord eu ces notes d’un bleu soutenu glissées dans la déclaration communautaire : « pôle des industries culturelles », « contrats de filière », « soutien à la diffusion », « mécénat ». Puis, au plus fort de la crise Covid, cette carte blanche du ministre-président Jeholet pour une stratégie de redéploiement du secteur culturel, une « activité économique » qui serait notre « matière première ». Avouons-le, lorsque le président Bouchez a déballé ensuite à la mi-mai son plan global de sauvetage du monde culturel, beaucoup ont regardé cette sortie avec curiosité et pensé qu’il s’enfermait dans des promesses chimériques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct