Tour de France: pas de répit avant la grande bagarre

L’émotion du Danois samedi à l’arrivée.
L’émotion du Danois samedi à l’arrivée. - Photo News

L’espoir de respirer à travers les monts du Forez pour un peloton encore assommé par l’étape de la veille a été vite balayé par la lutte sans merci que se livrent, à un autre échelon de la course, les formations Bora-Hansgrohe et Deceuninck-Quick Step. Ce maillot vert qui n’intéressait pratiquement plus que Peter Sagan ces dernières années a dominé le débat d’une étape, verte elle aussi, non loin de Saint-Etienne puis dans la cité lyonnaise d’un des nombreux maires « Verts » élus aux dernières élections municipales.

Peter Sagan ne pouvait agir autrement s’il voulait combler une partie du retard qu’il comptait sur son rival Sam Bennett au moment de donner les premiers coups de pédale à Clermont-Ferrand où la chaleur, déjà marquante, donnait une fausse idée de course de transition, tant pis pour les mecs épuisés de la veille, ce qui écartait rapidement l’autre leader d’AG2R derrière Bardet, Pierre Latour, contraint à l’abandon.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct